Prise en compte de la nature du site


Les terrains considérés sont de nature diverse : les parcelles appartenant aux collectivités sont des friches et d’anciennes carrières, les parcelles d’ASF correspondent à une plateforme d’enrobée et les parcelles des particuliers sont occupées en grande partie par des bois. Cette surface ne présente donc pas de contrainte spécifique et parait adaptée à l’implantation d’un parc solaire.

Les structures porteuses des panneaux photovoltaïques sont des travées fixes, orientées préférentiellement au sud de manière à pouvoir capter un maximum d’ondes lumineuses pendant toute la journée. Ces structures sont constituées de support-rails en acier galvanisé, robustes et résistants dans le temps aux variations de conditions climatiques. Les structures sont conçues pour résister aux charges supplémentaires de vent et de neige.

Sur ce site, les panneaux pourront être fixés au sol grâce à un système de pieux battus ou de vis en acier galvanisé (classiques pour ce genre d’installation) et enfoncés à une profondeur de 1 m à 1,5 m environ en fonction de la composition exacte du sol.

Cette technique comporte plusieurs avantages :

  • L’installation du matériel est facilitée et plus rapide par rapport à des systèmes incluant des fondations ou des blocs de béton. De plus, les machines utilisées sont plus petites, l’approvisionnement est amélioré en comparaison des bétonneuses nécessaires aux fondations béton, lorsque celles-ci sont coulées sur site. L’empreinte environnementale du chantier s’en trouve amoindrie.
  • La dégradation du sol est réduite par rapport à un système avec des fondations béton. La végétation et l’écoulement des eaux de pluie sont très faiblement impactés par rapport à un système avec des blocs de béton ou de fondations dont l’emprise au sol est plus importante. Le système écarte tout risque de glissements de terrain et d’érosion des sols.
  • Enfin, la remise en état du site est totale et très rapide avec le système de pieux métalliques qu’il faut simplement extraire du sol.
Avant-après.jpg
Carte localisation.jpg
IM000001.JPG
20150915_Thenon_offre commerciale.jpg

Analyse des contraintes


De façon générale, la création d’une centrale photovoltaïque induit des impacts temporaires et à long terme sur le terrain :

  • Les impacts temporaires sont liés à la fréquentation du site pendant les travaux avec des nuisances sonores. Toutes les espèces animales sont concernées ; pour certaines d’entre elles, ces dérangements peuvent conduire à un abandon du site.
  • Les impacts à long terme sont assez limités ; de nombreuses espèces animales et végétales viennent en effet recoloniser le site après la phase de construction.

Une partie du site de Thenon est de plus une zone artificialisée qui correspond à une ancienne carrière et à une plateforme d’enrobés. Le couvert végétal épars ne présente a priori pas d’intérêt particulier pour la faune et la flore : une installation photovoltaïque sur ce site minimiserait donc l’impact sur le milieu naturel.

Pour éviter que l’eau de pluie récupérée par les panneaux ne s’écoule en bas des tables, s’accumule et favorise l’érosion en bas des rangées, un écart de quelques centimètres est volontairement ajouté entre chacun d’entre eux. De cette façon, l’impact des précipitations sur le couvert végétal reste identique après la construction de la centrale.

Par ailleurs, l’utilisation de panneaux disjoints, placés à une distance suffisante du sol (environ 80 cm), permettra une diffusion de la lumière naturelle sous les rangées. Des espèces végétales, qui seront également alimentées en précipitation grâce à l’espacement des panneaux, pourront pousser tout au long de l’année à ces endroits.

Enfin, l’étude d’impact réalisée au début du projet permettra d’identifier précisément les espèces présentes sur le site et de considérer des mesures suppressives (déplacements de plans, …) ou compensatoires (reboisement, …). Des solutions naturelles pourront également être envisagées afin de favoriser la colonisation du site par des espèces végétales.

Installation envisagée


La configuration sera déterminée en fonction du cahier des charges de l’appel d’offres de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). Une installation photovoltaïque sur structures fixes ou sur trackers mono-axe est privilégiée.

Estimation pour une installation fixe :

  • Production : 16 882 MWh/an
  • Superficie terrain : 15,83 ha
  • Alimentation électrique : 7 940  habitants
  • CO2 évité : 5 060 t/an
  • Investissement de 11 M€
  • Mise en service prévue en juin 2020