Les communes qui appartiennent au périmètre d’étude du site « Coteaux calcaires de la Vallée de la Vézère » sont rurales. Elles se répartissent globalement le long de la vallée de la Vézère entre St Chamassy, Limeuil au sud-ouest du site et Condat-sur-Vézère au nord-est du site. Le nombre d’habitants par commune va d’une centaine jusqu’à environ 3000 habitants. A part, Le Bugue, Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil et Montignac, ces communes ont connu une augmentation relative de leur population.


Enjeux d’identité du site

Elles font partie de la Communauté de Communes de la Vallée de l’Homme à l’exception de Condat-­sur-Vézère qui est intégrée à la Communauté de communes du Terrassonnais en Périgord Noir Thenon Hautefort.


La majorité du territoire du site est constituée de formations du secondaire (crétacé supérieur). Ces formations diverses présentant des substrats calcaires et marneux différenciés et hétérogènes, sont entrecoupées par des formations de pentes superficielles du quaternaire. Ces dernières sont composées de colluvions de fond de vallées sèches, de dépôts de versants ou d'éboulis gravitaires d'une part, et d'autre part, d'altérites issues du substrat et du remaniement des dépôts fluviatiles tertiaires.

Ces caractéristiques géologiques dessinent des paysages contrastés, au relief varié fait de falaises et de collines imbriquées à des plateaux et soulignées par le tracé capricieux de la Vézère.
Le substrat calcaire, marqué par des phénomènes karstiques, présente de nombreuses failles. Celui-ci est ponctué de grottes, d'auvents et d'habitations troglodytiques datant du paléolithique.
Elle offre une diversité de paysages, des séquences étroites avec des coteaux abrupts où la Vézère s’appuie contre les falaises et des méandres plus larges avec une ouverture sur la vallée cultivée. De nombreux points de vue permettent d’admirer ces lieux.
Paysage et points de vue
Le relief marqué et varié permet des points de vue spectaculaires et pittoresques. Petites clairières agricoles cernées par les massifs boisés, vallées pâturées, combes, pelouses calcaires se contemplent depuis les grandes lignes de crêtes. La vallée riante de la Vézère se découvre par le sommet des coteaux et les avancées rocheuses.
La « reconnaissance » du site pour faciliter l’adhésion des acteurs à sa préservation. Une sensibilisation à l’intérêt de préserver les habitats et espèces d’intérêt communautaire du site.


Pelouses xérophiles.jpg
Prairies de fauches.jpg
Pelouses sèches.jpg

Le maintien de l’agriculture, de ses pratiques et de ses filières traditionnelles respectueuses du patrimoine ; le développement de nouvelles pratiques (biologique de qualité,...).
Une gestion forestière économiquement viable et durable.
Le développement d’un tourisme de nature raisonné et d’un tourisme culturel durable.
Un développement local, un urbanisme et un aménagement raisonnés durables en lien avec une démographie équilibrée.
Il s’agit d’un vaste archipel de coteaux secs, avec un intérêt archéologique fort, présentant des similitudes avec certains milieux méditerranéens. Il présente des zones d'alimentation pour des chiroptères d’intérêt européen (Rhinolophes et Murins).
Sa vulnérabilité est liée à une régression des espaces ouverts par enfrichements ou boisements. Les principaux milieux sont des forêts caducifoliées, des forêts sempervirentes non résineuses et des forêts de résineux, des éboulis rocheux, des pelouses sèches, des landes et broussailles. Douze habitats d’intérêt communautaire ont été identifiés sur le périmètre d’étude. Ils occupent 20 % de la superficie du site.



Retrouvez toutes les informations sur le site dédié : https://www.coteaux-calcaires-vallee-vezere.fr/

presentation_A5.jpg
vallee_vezere_outil_gestion_Page_1.jpg
vallee_vezere_outil_gestion_Page_2.jpg