Depuis une vingtaine d’années, dans le cadre d'une politique nationale impulsée par l'État, des projets ambitieux de réhabilitation des sites classés les plus prestigieux et les plus fréquentés du patrimoine national sont menés.

Ces projets sont conduits dans le cadre des "Opérations Grands Sites”, démarches partenariales qui associent l'État, les collectivités locales et les acteurs des sites.

Depuis 2009, la Vallée de la Vézère en Dordogne est engagée dans la démarche et travaille au lancement d'une Opération Grand Site.

Pourquoi un projet de Grand Site sur la Vallée de la
Vézère ?

La Vallée de la Vézère, de Terrasson à Limeuil, recèle un patrimoine archéologique exceptionnel de renommée mondiale. Par son occupation ancestrale, l'Homme a entretenu un lien étroit avec les composantes de son environnement. Ce territoire tout entier est porteur de symboles et de valeurs patrimoniales qui donnent à la Vallée de la Vézère une forte dimension culturelle.

Mais les paysages d'aujourd'hui ont perdu la qualité de leur dimension originelle si particulière. C'est pourquoi l'État et les élus de la Vallée de la Vézère se mobilisent pour trouver la voie la plus juste pour le développement de la vallée, pour un développement durable autour du tourisme et de l'agriculture.

Une direction est prise pour que la vallée soit préservée, gérée suivant les principes du développement durable, conciliant préservation des paysages (et de l' "Esprit des lieux"), qualité de l'accueil du public, participation des habitants et des partenaires de la vie locale. L'association des volontés politiques sur toute la vallée se traduira certainement par l'obtention du label "Grand Site de France".

Aujourd'hui, seuls 12 Grands Sites possèdent ce label : Bibracte Mont Beuvray, Puy de Dôme, Aven d'Orgnac, Pointe du Raz, Pont du Gard, Sainte Victoire, le Marais Poitevin, Saint Guilhem le Désert, les Deux Caps Griz-Nez et Blanc-Nez, la Baie de Somme, et dernièrement le Massif du Canigó et le Puy Mary.

L’Opération Grand Site proposée sur la Vallée de la Vézère s’appuie largement sur une étude paysagère réalisée en 2008, à l’initiative de la DIREN Aquitaine (devenue DREAL depuis), par le cabinet d’architectes-paysagistes Mandragore. L’analyse paysagère partage les constats des études réalisées auparavant, mais va plus loin dans l’analyse du territoire. Elle met en avant le lien particulièrement fort, l’interaction, entre les composantes physiques du territoire et sa dimension culturelle. Le bureau d’études a proposé de bâtir un projet de paysage autour de ces valeurs. Ce projet est le fil conducteur autour duquel les acteurs locaux ont souhaité élaborer un projet de développement durable pour leur territoire.

Donner un paysage à la préhistoire...

Le projet de paysage part du constat « qu’actuellement la relation entre le relief spectaculaire et l'occupation humaine préhistorique et historique reste peu évidente pour affirmer une identité spécifique à la vallée. Les sites préhistoriques ne sont pas directement visibles, seules les infrastructures d’accueil (parking, signalétique, bâtiments) ou des éléments naturels monumentaux associés (parois rocheuses) permettent de les situer dans le paysage. Ces sites préhistoriques intimement associés à la configuration paysagère dans laquelle ils s’inscrivent ne sont pas directement lisibles en tant que tels.

La Préhistoire si importante pour la renommée de la Vézère reste en général une période sans repères chronologiques ni spatiaux immédiatement compréhensibles pour ses habitants et pour ses visiteurs.

Donner à l’évocation de cette période un paysage matériel et sensible, c’est donner un paysage à la préhistoire et l’ancrer dans un territoire réel. Il ne s’agit pas de reconstituer le paysage d’une période disparue mais de créer un paysage actuel, singulier, qui traduirait la dimension symbolique de ce territoire, qui le représenterait et lui donnerait une unité visible.

Les falaises qui abritent les sites préhistoriques cachés les font exister en quelque sorte dans le paysage. Remettre en évidence les confluences de vallées qui ont attiré les hommes préhistoriques, la continuité des falaises le long de la Vézère et leurs dimensions monumentales » constitue le lien paysager du projet global de territoire choisi par les acteurs de la Vallée de la Vézère.

D’après « l’étude en vue de la gestion et de la protection paysagère de la Vallée de la Vézère », 2008, partie : un projet pour la vallée, p.63

Les partenaires

Plus de 150 partenaires sont associés dans la démarche de préfiguration du projet mis en oeuvre depuis 2009. Il s'agit des élus locaux (communes, communautés de communes, conseil général et conseil régional), du monde associatif, des groupements de professionnels (agriculture, tourisme, etc.) ainsi que des différents services de l'État.

Les services de l'État :

Sous-préfecture de Sarlat
ici
DREAL Aquitaine
ici
DIRRECTE Aquitaine
ici
DRAC Aquitaine 
ici
DDT Dordogne
ici
UDAP Dordogne (ABF)

ici

Les collectivités territoriales

Conseil Régional Nouvelle Aquitaine
Conseil Départemental de la Dordogne
Les communautés de communes et leurs communes membres :
CC Vallée de l'Homme
ici
CC Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède 
ici
CC Terrassonais en Périgord Noir Thenon Hautefort
ici
CC Sarlat Périgord Noir
ici

Les associations et groupement professionnels

Réseau des Grands Sites de France
ici
Pays du Périgord Noir 
ici
Association Sites en Périgord
ici
SEPANSO
ici
Fédération Départementale de Chasse
ici
Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique
ici
Inventaire du Patrimoine en Aquitaine
ici
Fondation du Patrimoine
ici
La Pierre Angulaire 
ici

Les établissements publics

Offices de Tourisme Vallée Vézère
ici
Pôle International de la Préhistoire
ici
Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage
ici
Centre Régional de la Propriété Forestière d'Aquitaine 
ici
Chambre d'Agriculture de Dordogne
ici
CAUE Dordogne 
ici